Article mis en avant

Introducing the new Souvenirs Box

It is often boring when coming back at home tired after a long weekend to switch on the PC, copy photos from the camera and sort them on the hard drive. And sometimes, you never look at them any more.

That is why we have invented Souvenirs Box, a standalone device that will do the job for you: import photos and videos, store, sort and display on your TV. Take a tour on all the exciting features of the Souvenirs Box.

Easy installation

Plug the Souvenirs Box on your TV: use the HDMI port for display and a USB port for power. Then install our Android or iOS application and use it to configure the box. The application is also used to control the viewer.

The box works standalone, no need to have a PC.

Importing Media Files Easily

Plug a USB key, a hard drive, a memory card reader, a camera or a camcorder on the Souvenirs Box USB port and nothing else: the box will detect the new media, scan for media files and import new files silently without any user input. The red LED on the box indicates that import is in progress and come back to green when finished. Then, you can forget and come back later.

Automatic People tagging

The Souvenirs Box automatically detects faces on photo and allows you to enter the name of each people. Once someone has been indentified, he will be recognized automatically on other photos without any new interaction. Each people is taggued once for all.

Automatic events discovering

The Souvenirs Box discover automatically the event on the photos you import. For example, if there is a picture with your son Amaury blowing candles on a birthday cake, the box will create the event « Amaury’s Birthday Party 2014 » and associate all the imported files. It works also for weddings or trip on famous sites all over the world. And if your photos have localization information, GPS coordinates will be used to add the place of the event.

Never miss an event

The Souvenirs Box shows you events that you did not see already, so you can launch the slideshow in one click. Each time a photo has been read, it is archived so that you know that you already see it.

Browse photos by events, peoples or places

Thanks to a simple and intuitive interface, the Souvenirs Box helps you to browse your photos by event but also by people or place. For example, search for Amaury in people slist and choose « Amaury’s life »: the box will present a slideshow of Amaury’s life with a selection of photos at all ages. Search for the place « Eiffel Tower » and you will see all photos with the french tower on it.

Keep your data private

All your photos or videos are private: they are stored locally or on your own cloud but they are never broswable by others until you decide to share.

Share photos with your friends

Simply share events, photos or videos with a simple click on social networks like Facebook, Twitter or Google+.

Stay tuned!

We are working on the Souvenirs Box. If you are interested in this new product, tell it and share with your friends.

See you soon…

 

 

Google Chromecast : le test

IMG_6943Lorsque le Google Chromecast est sorti aux Etats-Unis il y a quelques mois, j’étais à deux doigts de le commander sur Amazon en import. Un nouveau gadget Google à tester, c’était prometteur. Mais à y regarder de plus prêt, les fonctionnalités proposées semblaient plutôt légères : certes le prix était modeste, mais pour envoyer de la vidéo depuis mon smartphone ou ma tablette vers ma télévision, pas besoin d’accessoire : ma télévision LCD Samsung est connectée sur mon réseau domestique et supporte le streaming par l’intermédiaire de nombreuses applications gratuites sur le Play Store. Côté Apple, la box de mon fournisseur d’accès à internet (la Freebox) supporte AirPlay et je peux donc afficher le contenu de mon iPad directement sur mon grand écran. Et puis le Chomecast est sorti en France et on ne se refait pas, j’ai craqué, aidé il est vrai par quelques rumeurs de nouveautés chez Google (Google TV ?). Voyons déjà s’il tient ses promesses actuelles…

 Le déballage

IMG_6950_SmallPremière surprise au déballage, la boîte contient un adaptateur secteur. Je n’y avais pas réfléchi, mais l’entrée HDMI n’alimente pas le Chromecast et il faut donc une alimentation externe. C’est une fiche micro-USB qui est utilisée, et cela fait malheureusement un fil et un bloc d’alimentation supplémentaire derrière mon meuble télévision. Toutefois, si votre téléviseur est équipé d’une prise USB, il est possible de l’utiliser pour alimenter l’appareil et ainsi limiter la longueur des fils.

Installation

IMG_6953_SmallL’installation est très simple : branchement de l’alimentation sur le Chomecast par la prise micro-usb, branchement du Chromecast sur une prise HDMI du téléviseur et choix de la sortie vidéo correspondante sur l’écran. L’écran de configuration du Chromecast apparaît tout de suite. L’appareil créé un nouveau réseau wifi sur lequel il faut se connecter depuis un smartphone ou une tablette. Il faut y installer l’application Chromecast et se laisser guider pour terminer l’installation. La principale configuration consiste à renseigner le réseau Wifi sur lequel l’appareil se connectera à la fin de l’installation et reconnecter la tablette ou le smartphone sur ce réseau.

IMG_6954_SmallJ’ai choisi de faire l’installation depuis un iPad, tout simplement parce que la batterie de mon smartphone Android était à plat. Et aucun problème : une fois le Chromecast connecté sur mon réseau Wifi domestique, il se connecte à Internet et télécharge les mise à jour. Cela a pris plusieurs minutes et au final, le gadget est opérationnel.

Utilisation

Contrairement à la fonctionnalité AirPlay qui est intégrée à iOS, ici c’est au sein de chaque application qu’on doit choisir si on veut lire le contenu sur la télévision ou sur la tablette. Ceci implique qu’il faut des applications compatibles et pour l’instant, elles ne sont pas légion sur les stores. Je n’ai réellement testé que Youtube, sur iPad et sur Android. Dans les deux cas, la vidéo est correctement envoyée vers le téléviseur, avec une bonne définition. On apprécie aussi le fait de pouvoir se créer un liste de lecture de vidéos Youtube et continuer à naviguer dans l’application pendant que la lecture continue sur le téléviseur. J’ai voulu également utiliser Photowall, mais c’est un peu pénible de le configurer dans la mesure où l’application demande une connexion au compte Google+ et qu’elle redirige systématiquement vers un navigateur Web. J’ai donc abandonné très vite. J’avais également lu que l’application Canal+ avait été mise à jour pour s’intégrer au Chromecast : impossible en tous cas sur ma version iPad de trouver la fonctionnalité.

Conclusion

Le Google Chromecast est bien réalisé : l’installation est simple, et pour le cas de Youtube, l’intégration est bonne et cela offre une bonne ergonomie. Mais cette première prise en main ne permet pas de mettre en évidence de fonctionnalités qui n’étaient déjà présentes d’une manière ou d’une autre sur mon téléviseur connecté ou ma tablette. C’est d’autant plus vrai que les applications offrant une intégration avec Chromecast sont encore rares. Mon conseil est donc le suivant : si vous n’avez pas une Smart TV connectée, foncez l’acheter mais sinon, attendez que le contenu disponible s’enrichisse en espérant par exemple que la future offre Google TV puisse l’exploiter.

Reviewboard, la relecture de code facile

Lorsque l’on gère un projet logiciel avec plusieurs équipes et de nombreux développeurs disséminés sur plusieurs sites, il est parfois compliqué de maintenir la qualité du code : il faut pouvoir s’assurer que les modifications sont correctes techniquement et qu’elles respectent les règles de codage et l’architecture logicielle. Pour cela, il faut pouvoir échanger entre développeurs éloignés sur une proposition d’évolution ou de correction d’un défaut. On commence bien souvent pour y parvenir par mettre en place un processus à base de fichiers patch échangés par email. Il y a plusieurs inconvénients à cette méthode :

  • Les emails ne sont pas nécessairement archivés et publiés pour tous les développeurs
  • Les commentaires sur le code produit sont insérés dans l’email, et de manière différente d’un développeur à l’autre ce qui ne facilite pas la reprise du travail par une autre personne
  • Le processus est entièrement manuel ce qui augmente les risques d’erreur et les oublis.
  • Il est difficile de produire des indicateurs sur les relectures de code.

Une des solutions pour remédier à ces problèmes est de mettre en place un outil qui va permettre d’automatiser certaines tâches, de centraliser les revues de code et de les standardiser. Review Board, un outil open source web, fait ce travail plutôt bien.

Review Board peut s’utiliser de deux façons : en relecture pré-livraison ou post-livraison. J’utilise les deux approches : en pré-livraison lorsqu’il y a un risque identifié sur la livraison ou un doute sur la solution. En post-livraison pour informer de manière systématique le mainteneur d’un module qu’une livraison a été faite dans son périmètre et ainsi éviter les mauvaises surprises qui auraient été découvertes bien plus tard avec des dégâts plus importants.

Utilisation en relecture pré-livraison

Dans ce mode, le développeur qui veut soumettre une modification de code va générer un fichier patch puis créer une nouvelle demande de revue de code manuellement dans Review Board. Ceci se fait simplement en téléchargeant le fichier sur l’interface web de l’outil. Une demande de revue est créée : il suffit alors d’ajouter dans la liste des relecteurs les personnes à qui l’on veut soumettre la modification. A la publication de la demande, le relecteur sera automatiquement averti par email de la demande de relecture.

Une des forces de Review Board réside dans son ergonomie bien travaillée. On appréciera par exemple que les modifications soumises sont directement affichées dans les emails de notification, ce qui peut éviter quelques clics inutiles.

Utilisation en relecture post-livraison

Review Board met à disposition un outil utilisable en ligne de commande pour publier des nouvelles demandes de relecture de code. Ainsi, il est très facile d’intégrer dans un système d’intégration continue (par exemple Cruise Control) la création d’une demande de relecture pour chaque nouvelle modification détectée dans la base de code. En pratique, j’ai créé un script qui permet de spécifier quel développeur est abonné à telle ou telle portion de code : le développeur est alors systématiquement ajouté comme relecteur à la nouvelle demande de revue de code lorsqu’une modification a été livrée dans son périmètre et il sera donc notifié par email de la modification.

La revue de code

Une fois la demande de revue de code créée, il est possible d’annoter le code modifié ligne par ligne ou en regroupant les lignes. Il est également possible de faire des commentaires généraux sur la modification. Ensuite, le relecteur publie la revue et l’auteur de la modification est alors notifié par email. Il peut alors corriger sa livraison et soumettre à nouveau une modification : le processus se déclenche alors à nouveau.

Côté ergonomie, là encore l’outil est bien réalisé : le visualiseur de Review Board supporte la coloration syntaxique et la lecture du code et des modifications est agréable : on peut réellement se concentrer sur la revue sans avoir à se soucier de l’outil.

Conclusion

Sur un logiciel faisant intervenir un nombre important de développeurs sur des sites éloignés, Review Board est très utile pour supporter le processus de revue de code. Il permet l’automatisation des revues et décharge les développeurs de la partie « administrative ». Ergonomique et doté d’un design graphique plutôt agréable, il s’insère relativement facilement dans un processus de développement logiciel.

Liens :